La Déclaration d’Addis-Abeba pour la Reconnaissance du Dessin de Presse comme un Droit Fondamental, présentée le 3 mai 2019 aux Journées Mondiales de la Liberté de la presse de l’UNESCO à Addis-Abeba et remise alors à la Directrice Générale de l’organisation, connaît une nouvelle étape.

Nous avons sollicité la Commission nationale française pour l’UNESCO afin qu’elle porte ce texte.

Le 11 décembre dernier, son Président a transmis la déclaration à toutes les commissions nationales des pays membres de l’UNESCO en les invitant à s’impliquer dans la démarche.

Nous espérons que cette diffusion contribuera à ouvrir, dans chaque pays et entre les pays, un espace de discussion et de réflexion autour du droit à la satire et à l’irrévérence.

Cinq ans après l’attentat contre Charlie Hebdo, cette nouvelle étape est d’autant plus signifiante : elle apporte de la force et de la légitimité à ce texte, et achève d’en faire un texte de référence sur lequel les dessinatrices et dessinateurs du monde entier pourront désormais s’appuyer.

Il faut maintenant faire vivre cette déclaration.

Nous vous invitons à faire connaître notre démarche commune aux dessinateurs qui n’ont pas encore signé la déclaration, mais également aux responsables des journaux pour lesquels vous travaillez , aux associations travaillant dans les secteurs de la presse, de la culture etc. pour amplifier encore le mouvement.

N’hésitez pas également à prendre contact avec des membres de la commission national pour l’UNESCO de votre pays, si vous en connaissez.

Pin It on Pinterest