DECLARATION D’ADDIS-ABEBA POUR LA RECONNAISSANCE DU DESSIN DE PRESSE COMME UN DROIT FONDAMENTAL

3 MAI 2019

Depuis 2017, des dessinateurs de presse professionnels de tous horizons, de toutes sensibilités et de tous les continents se sont regroupés autour d’un vaste projet : faire reconnaître le dessin de presse comme un droit fondamental à l’échelle internationale.

Si la liberté d’expression, en général, est un droit fondamental reconnu comme tel – bien que souvent bafoué comme le montre le cas récent du dessinateur turc Musa Kart, injustement emprisonné depuis le 25 avril –, il s’agit ici de promouvoir et défendre son usage à travers ce qui fait la spécificité du dessin de presse : l’humour, la dérision, l’ironie, la critique, la dénonciation…

Une déclaration a donc été élaborée et signée, à ce jour, par plus de 200 dessinateurs internationaux parmi les plus reconnus.

Cette déclaration a été portée à ADDIS-ABEBA le 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse, lors de la conférence internationale du World Press Free Day 2019, organisée à cette occasion par l’UNESCO, le Gouvernement de la République démocratique fédérale d’Éthiopie et l’Union Africaine.

Elle a été officiellement et solennellement proclamée par Xavier Gorce, dessinateur français indépendant collaborateur notamment du Monde.fr, initiateur et coordinateur du projet, le vendredi 3 mai, entre 15h00 et 15h30, à l’issue d’une table ronde organisée par Cartooning for Peace et l’UNESCO en présence de 26 dessinateurs du monde entier qui soutiennent la démarche, et officiellement remise à Monsieur Moez Chackchouk, sous-directeur général pour la communication et l’information à l’UNESCO.

Les dessinateurs invitent les États membres de l’UNESCO à soutenir cette déclaration pour qu’elle devienne un engagement pour tous les pays. Un large appel à signature sera également envoyé à l’adresse de tous les dessinateurs, les organes de presse, les associations, les acteurs du journalisme et du dessin de presse.

Pin It on Pinterest